Un samedi pluvieux à Brest


France, Voyages / mercredi, octobre 25th, 2017

Brest est située à l’extrême ouest de la Bretagne. Il s’agit du deuxième port militaire de France. La ville est connue pour son Pont de recouvrance, sa rade, et sa rue de Siam. La rivière de Penfeld sépare la ville en deux rives. Deux rives aux caractères et particularités distincts. 

Récemment, lors d’un week-end je me suis rendue à Brest.
La première fois que j’y suis venue, j’ai déchanté. Je ne connaissais pas la ville, et j’allais y passer les trois prochaines années de ma vie.
J’avais des souvenirs du Finistère, mais de villes comme Quimper, Locronan ou Concarneau. Le jour de mon arrivée il pleuvait, et c’est une succession de bâtiments en béton grisâtres qui défilaient devant mes yeux. À cette époque les travaux du tramway étaient en cours. Et, la boue faisait office de sol rue de Siam. Ma première impression fût négative. Et ce serait mentir que de vous dire le contraire.
J’ai appris à aimer Brest au fur et à mesure que je l’ai découverte.
Brest la blessée de guerre de Prevert, Brest le bout du monde d’où les marins viennent et repartent, Brest la politiquement engagée, Brest la Bretonne, Brest et sa rade aux multiples visages et couleurs.

L’hiver, la météo peut se montrer très capricieuse. Et par capricieuse, comprenez pluie/grêle et vent. Les tempêtes sont fréquentes et même si nous ne sommes pas encore en hiver, j’ai eu la joie de constater que mon week-end brestois allait être placé sous le signe du vent et de la pluie. C’est donc une rade embrumée, et agitée qui m’a accueillie le vendredi soir. J’allais devoir composer avec la météo.

La Colonie de pingouins d’Océanopolis

Mon samedi Brestois fût placé sous le signe de la grasse matinée. Toutefois, pour les lève-tôt, je ne peux que conseiller de commencer par un tour à l’aquarium Océanopolis. Vous pourrez y voir sa légendaire colonie de pingouins, mais aussi les loutres des mers récemment arrivées. Le tout, suivi d’un plat de moules-frites au Tour du Monde (ou d’un fish and chips) situé à deux pas de l’aquarium.

Le convivial atelier des capucins

J’ai ensuite embarqué à bord du téléphérique (Il est aussi possible de venir via le Tramway, arrêt Capucins ou Recouvrance), direction le plateau des capucins.
Inauguré il y a peu, c’est un espace où se trouve d’anciens ateliers de chaudronnerie de la Marine nationale construis au XIXe siècle, sur l’ancien site d’un couvent.
Il est aujourd’hui devenu un espace de rencontres, d’activités, et de culture. C’est un endroit que j’affectionne beaucoup, tant par l’énergie qu’il s’en dégage, que par l’enthousiasme qu’il a généré. Mais aussi parce qu’il est un cadre très intéressant pour les amateurs de photographie. Le lieu en lui même est très beau. Depuis le téléphérique, on arrive au premier étage, aussi connu sous le nom Le passage des arpètes.

Ce passage est composé de trois salles toutes en parquet, séparés par des voûtes en granit et en béton. Le passage est le théâtre de cours de danse, de yoga, ou de sport. De temps à autre, on peut y entendre quelques notes du piano en libre accès.

La salle centrale du passage est ouverte et offre une vue imprenable sur la salle des machines, qu’elle surplombe. La salle des machines est, en fait, un immense hall qui fait toute la longueur de ateliers, très lumineux en raison de la verrière qui le recouvre. Le sol lisse est le terrain de jeu préféré des amateurs de skate, rollers, ou encore de vélo.

L’aspect industriel du lieu ne fait pas de doutes: la structure métallique laissée nue, simplement peinte en bleu, des structures en bois et d’anciennes machines neutralisées laissés à l’appropriation des visiteurs, ou encore des morceaux de grue qui ornent les poutres métalliques centrales.

Au sud de cette salle, se trouve la médiathèque, dans laquelle petits et grands trouveront leur compte. Diffusion de dessin animés, espace jeux pour bébés, grand choix de lecture, ordinateurs, salles de travail collectif. L’espace qui s’étend sur deux étages et qui est composé de plusieurs salles est agrémenté de poufs, fauteuils, tables et canapés. Le lieu est un peu bruyant en week-end, c’est pour sa convivialité et le choix qu’il propose qu’il faut l’apprécier.

Un projet de création d’un cinéma multiplexes est en cours au nord de la salle des machines.

La mystérieuse rue Saint-Malo

Au pied du plateau des capucins se trouve une rue un peu particulière. Il faut descendre par des escaliers pour découvrir la rue Saint-Malo. J’ai profité d’une accalmie, et de quelques rayons de soleil, pour m’y rendre. Toute de pierres vêtue, comme suspendue dans le temps, cette rue est un écrin de sérénité en plein cœur de la ville. C’est un monde à part, créatif, presque parallèle.  Où chaque élément est laissé à la libre interprétation de chacun. Il faut faire preuve de curiosité, parfois se salir pour y découvrir, entre les vieilles pierres des maisons en ruine, des jardins coopératifs, de petites installations dont on se demande si elles fonctionnent, ou encore qui en est à l’origine, des petits salons laissés à l’abandon. Comme un village dont on ne trouve plus les habitants, c’est une curiosité, mais aussi une parenthèse dans cette vie à cent à l’heure que nous menons aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

 

L’instant Gourmand chez Le goût-thé

L’accalmie n’ayant pas duré, j’ai pris la direction de la rue Jean Macé. C’est dans cette rue perpendiculaire à Siam, que vous trouverez de quoi vous réchauffer. Tant l’esprit que le corps.
Au goût-thé, qui a ouvert récemment, est un endroit que j’attendais à Brest, et que j’affectionne beaucoup. La décoration est cosy, colorée, et chaleureuse. L’accueil est prévenant et chaleureux lui aussi. Rien de mieux lors d’une journée de pluie et de vent que de s’y réfugier pour une pause goûter, afin d’y savourer une part de gâteau fait maison, accompagné d’un thé, dont le choix est conséquent, ou encore d’un chocolat maison. C’est donc installée dans l’un de leur canapé, que j’ai pu déguster une part de cheesecake pommes/spéculoos et un thé Ceylan.

Un samedi soir Brestois

Un samedi à Brest ne serait pas un samedi sans un tour dans l’un (ou plusieurs) de ses bars. Et, c’est donc naturellement, que j’ai rejoins des amis au Tour du Monde, afin d’y passer la soirée. Mais là, tout dépend de ce que vous aimez, et de votre humeur. Donc voici quelques idées de bars où passer un samedi soir:

Si vous cherchez une ambiance pub, le Blind Piper, situé rue de Siam, ou encore The dubliners, plus haut dans Brest sont faits pour vous. Les deux proposent un large choix de bières, dans un décor et une ambiance de vrai Pub irlandais.

Si vous souhaitez vous dépayser, je vous conseille La Casa Havana, située dans le bas de Siam. C’est un bar cubain proposant des cocktails, et des tapas, ainsi que des cours de salsa, dans un décor typique. Ou encore la Guarrida qui est un bar espagnol, dans lequel tapas, sangria et cocktails sont proposés, dans une ambiance dynamique et festive.

Si c’est plutôt une ambiance bar dansant que vous cherchez, je ne peux que vous conseiller le Tour du monde qui est une institution à Brest. À partir de 23h, la lumière se baisse, et une playlist bien connue des Brestois est lancée. Les tables en bois font alors office de podium pour les danseurs les plus téméraires. Le choix des boissons est varié et la clientèle est plutôt jeune.

Voilà pour ce qui est d’un samedi pluvieux (et/ou venteux) à Brest. Et comme ils disent là-bas Kenavo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *